Ressources

Événements

Championnat de France

Événements régionaux

Nous suivre

Fédération Française d'Ornithologie © 2019  | Visites :                                                   

Timbrado : Ecolage

Le canari de chant préparation au concours

Les lignes qui vont suivre s’adressent aux éleveurs qui ont acquis un couple de canaris de chant et qui aimeraient  faire quelques concours mais qui ne savent pas comment s’y prendre.

Comment se passe un concours ?

C’est très simple les oiseaux sont présentés devant un juge et pendant 1/2 heure, ils doivent montrer l’étendu de leur talent. Chaque tour est noté et celui qui a le meilleur total est déclaré champion. Simple Non ?

Oui, sauf que pour en arriver là il y a tout un travail d’éducation et d’entraînement préalable. Combien de fois entend t-on un heureux éleveur débutant vanter les qualités de son protégé «  tu verrais comme il chante…. bien , fort,doux sans arrêt etc. etc. je suis sûr qu il ferait un malheur dans un concours » ….( j exagère à peine )…vouai sauf que dans un concours il y a une différence majeure ; en plus de chanter bien il faut qu’il chante sur commande dans une cage de très petites dimensions  (  L=210mm, l= 150mm, h =200 mm )  et non plus seulement quand il en a envie dans son palace doré. Là ça change tout ! On n’a aucune chance de figurer dans un concours si l’oiseau n’a pas eu une préparation spécifique. La fiche de chant se résumera à PC qui signifie pas chanté !

Dans la préparation, il y a 2 phases distinctes : la première que l’on appelle l’écolage et la seconde qui est l’entraînement proprement dit. L’ensemble des 2 étant censé amener l’oiseau à bien chanter sur commande. Chaque éleveur a ses façons de procéder, ses astuces et ses secrets mais globalement le processus suivi est le même. Je  m’adresse ici plus particulièrement aux acquéreurs de malinois et timbrados ,deux races de chant que j’ai élevées.

L’écolage :

Cette 1ère phase n’est pas forcément impérative, elle est faite pour améliorer la qualité du chant et ajouter parfois un tour manquant au répertoire. En effet, si tous les canaris de chant ont des tours  innés qui leur sont propres, ils ont aussi la capacité à copier le chant des autres (le bon comme le mauvais) et nos ancêtres éleveurs ont exploité cette particularité en faisant écouter aux jeunes 1 ou plusieurs adultes sélectionnés pour la qualité de leur chant.

Les résultats ne sont pas mathématiques, ce serait trop simple mais quand même on apporte une amélioration sensible avec cette pratique.

Certains éleveurs  n’y sont pas favorables car ce chant appris ne se transmet pas génétiquement et parfois même se perd après la mue. A ce stade, à cause de ce don d’imitation vous comprenez pourquoi  on ne peut pas élever simultanément dans un même lieu un canari de chant avec d’autres canaris.

Pour commencer l’écolage, il faut attendre que la mue se termine et que le ou les adultes que vous avez choisis comme écoleurs, (un professeur) aient repris leur chant ce qui veut dire que nous sommes aux alentours du 15 octobre. A partir de là, les oiseaux sont mis dans les cages de chant et disposés dans un local calme. Progressivement, nous allons obscurcir le local pour habituer les oiseaux a l’obscurité et oui l’écolage se fait dans le noir, il faut y aller progressivement pour que les jeunes s’habituent à trouver leur nourriture.

Traditionnellement, lorsque l’on regarde la cage, les graines sont disposées dans le godet de droite et l’eau à gauche. L’assombrissement doit quand même permettre aux oiseaux de distinguer le  jour et la nuit. Cette phase peut paraître un peu barbare mais rassurez vous dès que le concours est terminé, vos protégés regagneront leur volière.

Cette phase d’adaptation au noir dure environ une semaine et là, 2 façons de procéder, soit on répartit les écoleurs aux milieu des jeunes, soit on place les écoleurs  sur une table devant le casier ou sont rangées les cages avec les jeunes, j’ai personnellement pratiqué les 2 méthodes.  

Ma préférence va vers la seconde, dans ce cas, le casier d’écolage est obscurci par un rideau opaque et la fenêtre par un autre ceci permet de faire varier la lumière des écoleurs et de les faire chanter plus ou moins. L’obscurité permet aux jeunes de ne pas être perturbés par les mouvements et les bruits ambiants et d’avoir un chant plus posé et plus doux. En plein soleil, le chant devient vite trop puissant avec le risque  de tonalité stridente ou discordante. 

Pendant la phase d’apprentissage, les oiseaux seront découverts et éclairés  pendant ½ heure le matin et 2 autres fois pendant 20 minutes dans la journée. Ce début d’écolage dure 1 semaine environ. Après cette phase, on place entre les cages un rectangle de contreplaqué fin de façon à ce que les oiseaux ne se voient plus, l’écolage continu, mais il se superpose à la phase d’entraînement qui va amener l’oiseau à chanter sur commande.

L’entraînement :

Le principe est simple on sort l’oiseau du casier de stockage et on le met à la lumière artificielle  2 à 3 fois par jour pour une durée assez courte de 10 minutes. Au début, rien ne se passe à part quelques cris d’appel, il ne faut pas insister et remettre l’apprenti dans  l’obscurité dans son casier. Au bout de quelques jours, les plus dégourdis commenceront à vous charmer et petit à petit tous s’y mettront.

 

Pour les éleveurs qui ont beaucoup d’oiseaux ces derniers sont sortis 8 par 8, ou 6 par 6, le but étant de repérer ceux qui chantent sans se soucier de la qualité du chant qui s’affirmera plus tard. Dès qu’un oiseau a chanté on fait un repérage sur la cage  et si après une semaine certains n’ont pas encore chanté ce sont probablement des femelles prises pour des mâles lors de la sélection mâles/femelles, celles là rejoindront la volière prématurément. Par la suite les sorties se feront avec 4 oiseaux puis 2 lorsque l’on en est à juger de la qualité individuelle et voir 1 par 1 juste avant de faire la sélection finale pour le concours.

 

Pendant la phase d’entraînement on crée chez l’oiseau une sorte de réflexe conditionné qui fait que dès qu’il est mis à la lumière il se met à chanter, condition sine qua non pour être présenté au juge. Bien sur tout ceci est très théorique et certains sujets chantent plus facilement que d’autres, il y en a même parfois, qu’une amie éleveur, nomme “enfoiré“ (depuis Coluche, ce n’est plus une grossièreté), elle se reconnaîtra, qui chantent beaucoup à la maison et qui n’ouvrent pas le bec devant le juge ! Ce qui est certain c’est que si cette phase d’entraînement n’était pas faite vous n’auriez que des “ enfoirés“.

Cette phase d’entraînement ne doit pas durer éternellement, elle prend un mois environ avant le premier concours et si vous envisagiez de participer à d’autres concours, je préconiserais de remettre les oiseaux en grande cage et de redémarrer une  phase d’entraînement dix jours avant le concours suivant.

Ce point est particulièrement important, l’oiseau est comme un athlète de haut niveau qui doit être amené au mieux de sa condition à une date précise qui est celle du concours. Prêt trop tôt, il va s’affaiblir et ne donnera pas le meilleur de lui même le jour J.

La nourriture est également à surveiller pendant cette période ; en petite cage, ils ont tendance à grossir et comme on dit un bon coq n’est jamais gras. De même si  vous fournissez les graines pour le concours ne mettez jamais de gruau d’avoine ou pire de chènevis, l’oiseau va jouer avec et ne chantera pas et l’adresse à faire passer les graines d’un coté à l’autre du bec n’est pas notée !

Voilà la base de ce qui est spécifique aux canaris de chant, c’est toute cette partie qui rend l’élevage passionnant ; il existe beaucoup de détails et “autres secrets d’élevage" qui n’ont pas été traités dans ce court article et qui viendront naturellement avec l’expérience ou mieux en vous renseignant auprès d’un club spécialisé.

Pour ce qui nous concerne, notre  club, le Can.Exo.Club.Catalan organise en fin d’année  près de Perpignan un concours de chant timbrado. Ce  concours avait jusqu’à présent rassemblé des éleveurs du ¼ sud-est de la France et des Espagnols de la Catalogne du sud, nous aimerions maintenant y accueillir des éleveurs de toute la France.

Raymond Poiré Tél 06 08 70 75 32  ou rpoire@live.com

Gérard Sénia  Tél. 06 37 14 13 50 ou canexoclubcatalan.sfr.fr

Vous pouvez également consulter notre blog : canexoclubcatala.canalblog.com

 

Bonne chance à tous pour votre premier concours.