top of page
  • Photo du rédacteurF.F.O

LES LORIS

Les Loris
.pdf
Download PDF • 133KB




Si vous aimez le bruit,

Le mouvement,

La couleur,

Gais jusqu’à la turbulence mais aussi tendres et charmants, ces magnifiques oiseaux compteront vite parmi vous.

« Bonjour les Loris, adieu la monotonie » pourrait-on dire familièrement de ces oiseaux, drôles et surprenants.

Leurs attitudes inattendues et parfois déroutantes séduisent les Amateurs, autant que leur éclatante livrée. Les Loris constituent un groupe homogène dont les cinquante espèces connues habitent l’Océanie.

Si l’on a souvent l’habitude de les associer aux Loriquets, c’est qu’ils présentent des points communs marquant leur appartenance à une même famille, celle des Psittacidés, autrement dit, des Perroquets.

En fait, on distingue les Loris des Loriquets comme on le ferait des Perruches et des Perroquets. Alors que les Loriquets sont très fins, élancés et portent une longue queue, les Loris sont trapus et possèdent une courte queue à l’extrémité carrée ou arrondie.

Les deux espèces ont tout de même en commun le bec busqué des Perroquets (quoique réduit chez le Lori) et des pattes fortes aux doigts crochus.

Plus beaux les uns que les autres, ces artistes jouent habilement de la palette infinie des couleurs. Toutes les combinaisons sont possibles ; Des mariages insolites, aux bizarreries explosives, en passant par des compositions timides aux subtiles demi-teintes.

Ci-dessous : Quelques genres.


Lori à calotte noire

Le Genre Domicella : Il est le plus connu des Amateurs. Ils se reproduisent assez facilement en volières. Parmi eux, le Lori à calotte noire, bleu et rouge carmin, avec les ailes vertes et la queue bleue, et le Lori des Dames (domicella domicella) bleu et rouge, orné d’un collier jaune, sont les plus représentatifs.


Lori Noir

Le Genre Chalcopsitta : Il offre les plus beaux spécimens, ainsi le Lori à Front Rouge (chalcopsitta scintilla) vert brillant sur le corps, rouge vif sur le front, et strié de jaune sur la nuque, la gorge et le ventre ;

ou le Lori Noir (chacolpsitta atra) réputé pour sa jalousie, noir et violet, et lancéolé sous la queue, de jaune et de rouge.

Lori à dos blanc

Le genre Pseudeos : Il est plus rare mais mérite néanmoins d’être cité. Le Lori à dos blanc (pseudéos fuscata) présente un camaïeu automnal qui va du roux à l’ocre, en passant par l’orange et le sable. Le tout, joliment contrasté par une touche de violet ou de grenat posée çà et là.

Pour la FFO

Le DTN

Joseph Roc

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page