top of page
  • Photo du rédacteurF.F.O

Si tous les éleveurs de France voulaient se donner la main !




Cet article que je vous soumets est certainement hors du temps pour beaucoup d’entre nous. En effet, prenant mon cas qui n’est pas particulier mais peut-être un peu !

Pour vous dire, que je ne suis pas un débutant dans l’élevage mais plutôt quelqu’un qui se rapproche de la retraite « Ornithologique ».

 

Depuis les années 1980, je précise (20 è siècle), que c’est à cette période que j’ai adhéré à un Club Ornithologique, suite à une Exposition Concours qui avait lieu dans ma ville, que le déclic s’est produit. Il faut dire que depuis l’âge de 12 ans j’élevais déjà des Colombes et des Canaris sans pour autant faire de la sélection et encore moins de baguer les jeunes puisque je ne connaissais pas le monde Ornithologique. C’est à cette période également, comme tout débutant, que j’ai appris le B à Ba de la sélection pour devenir un éleveur expérimenté et aussi un fidèle compétiteur.  

 

Il faut savoir qu’appartenir à un Club c’est aussi obtenir un minimum de renseignements qui vous permettra d’évoluer, notamment l’obligation de baguer vos oiseaux et aussi de multiples conseils lors de réunions techniques. C’est au fil du temps, que je me suis aperçu que dans ma région, existaient plusieurs Clubs, qu’au niveau National existaient plusieurs Fédérations et même au niveau Mondial, plusieurs Confédérations (COM Mondiale et OIO), cette dernière n’existant plus à l’heure d’aujourd’hui. 

 

J’ai constaté également et plus particulièrement qu’appartenir à tel Club et pourquoi pas à un autre, était une hilarité. L’un était affilié à une Fédération et l’autre l’était à une autre. Il faut savoir qu’en France, trois Fédérations qui ont l’agrément de pouvoir délivrer des bagues à leurs adhérents, sont en concurrence constante, qui selon moi porte préjudice aux éleveurs. Pourquoi ?

Et c’est là que je voudrais intervenir sans aller dans des détails qui n’en finiraient pas et qui pourraient faire remonter des périodes malheureuses de scissions. Pourquoi 03 fédérations ? Je sais, en France le pluralisme existe à tous les niveaux et c’est tant mieux, ne sommes-nous pas dans une démocratie ?

 

En France, il y aurait à approximatif plus de 25000 éleveurs déclarés baguant leurs oiseaux. Vous ne croyez pas que sur une seule bannière Interfédérale   nous serions plus à même de peser auprès de la COM –Mondiale au lieu d’une seule actuellement pour défendre nos intérêts à égalité des autres entités internationales ? Combien de championnats du Monde se déroulent en France ? » Insignifiant ». Bravo l’Espagne, le Portugal, la Belgique.

 

En France, nous créons des structures mais celles-ci restent à l’état léthargique, exemple : COM. France, quel pouvoir a-t-elle pour défendre les intérêts de nos éleveurs ?

 

Enfin pour rester terre à terre, tout près de chez nous, les éleveurs de tous horizons et de toutes Fédérations et parlant de compétiteurs, nous font remonter et cela chaque année, « Pourquoi ne ferions-nous pas un National Inter fédérations ». Une phrase que je n’aurais jamais prononcée il y a quelques années, tellement elle me paraissait utopique. Ne serait t ‘-il pas temps de s’y pencher sérieusement ?

 

En France, sont organisés 03 Championnats Nationaux chaque année par les trois Fédérations accréditées. Vu, le nombre d’exposants en régression chaque année ne serait ’-il pas temps de se mettre autour d’une table afin d’établir un consensus de protocole pour un avenir proche. Les éleveurs vous plébiscitent Messieurs les Présidents de Fédérations, faites en sorte qu’ils vous considèrent et qu’à partir de ce moment, le respect sera un grand mot.

 

Un Championnat unique, c’est le désir de tous les éleveurs, vous ne croyez pas qu’avec un rassemblement de près de 10000 oiseaux, celui-ci n’aurait pas une odeur de haut prestige ?

 

Si tous le Responsables de Fédérations voulaient se donner la main, le nouveau championnat serait pour demain.

 

Le DTN de La FFO

Joseph Roc

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page